Lombok, un écrin encore oublié des tours opérateurs

Lombok, Indonésie, moins connue que Bali, réputée pour ses plages, ses spots de surf et ses sites de plongée, est dominée par l’imposant Gunung Rinjani, deuxième volcan d’Indonésie. Les rivières et les cascades qui s’écoulent sur ses pentes irriguent les cultures de riz, noix de cajou, arachides, café et tabac. Autre grand attrait de Lombok: les îles Gili, 3 îlots bordés de sable blanc, de cocotiers et de récifs coralliens riches en vie marine.  La spectaculaire côté sud de Lombok se caractérise par ses baies azurées qui offrent de superbes breaks de surf et des promontoires impressionnants.
Lombok reste plus pauvre et moins développée que Bali. Préservée du tourisme de masse, Lombok possède encore quelques écrins totalement oubliés des tour operators, mais pour combien de temps encore?

Une île également intéressante sur le plan culturel

Lombok, si ses caractéristiques culturelles sont moins uniques que sa consœur balinaise, n’en demeure pas moins intéressante à découvrir. Une promenade dans l’arrière pays est vivement conseillée et vous serez surpris de l’accueil que l’on vous réservera dans certains villages isolés.
Lombok est majoritairement musulmane, à l’inverse de Bali majoritairement hindouiste. La plupart des Sasak, l’ethnie principale, pratiquent un islam modéré. Il fut introduit dans l’île par des marchands gujarati, venus des Célèbes et de Java au XVIIIe siècle. Si les Sasak observent les 5 piliers de l’islam, cependant, contrairement à d’autres pays musulmans, les femmes ne sont pas soumises à la ségrégation et la polygamie reste rare. Par ailleurs, nombre de Sasak continuent d’observer le culte des ancêtres et des esprits. Une forme plus stricte de l’islam commence à apparaître dans l’est de Lombok.

Lombok est réputé pour ses tissages traditionnels sur des métiers à sangle dorsale. Les techniques se transmettent de mère en fille. Plusieurs villages sont spécialisés dans le tissage, d’autres dans les jolis paniers et les nattes en rotin ou en herbe, tandis que d’autres concentrent une activité de poterie.
Comme à Bali, l’architecture est régie par des lois et des coutumes traditionnelles. La construction doit débuter un jour propice, toujours à une date impaire, et la charpente doit être achevée le jour même.
Un village traditionnel Sasak est un enclos entouré d’un mur. Il existe 3 types de bâtiments : le beruga (pavillon ouvert), le bale tani (maison familiale), et le lumbung (grenier à riz). Le beruga et le bale tani sont rectangulaires, avec des murs bas et un toit de chaume pentu.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

  • Pays : Indonésie
  • Région : Lombok
  • Année du voyage : 2012
  • Durée du voyage : 7 jours

Répondre