» » » » » » Milford Sound, Ile du Sud, Nouvelle-Zélande

Milford Sound, Ile du Sud, Nouvelle-Zélande

Invercargill
Invercargill

Invercargill

Après une courte nuit passée à Invercargill, la seule ville tout au sud de l’île du sud, à l’extrémité des Catlins, nous prenons la route en direction de la côte Sud-Ouest, pour visiter le Milford Sound. Nous déciderons de prendre la route touristique, certes un peu plus longue, mais qui permet de longer la côte, puis le « Fiordland Park ». La météo nous a prévenu. Le temps va se gâter et il pleuvra sur Milford Sound. Au petit matin, nous aurons encore la chance d’apprécier de très belles lumières sur l’océan pacifique et la baie Te Waewae.

Lac Manapouri

En route, nous croiserons de nombreux lacs d’altitude, dont celui de Manapouri, formé à la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 20 000 années. Lorsque la glace a fondu, le lac s’est formé, coincé dans l’ancienne vallée glacière. Manapouri est le deuxième lac le plus profond de Nouvelle-Zélande, et l’un des plus beaux. Initialement appelé « Roto Ua » (le lac des pluies) puis « Moturau » (nombreuses îles) par les Maoris de la région, son nom actuel signifie le « lac du coeur affligé ».

Le lac Manapouri
Le lac Manapouri

Lac Te Anau

A quelques kilomètres plus au nord, se trouve le lac Te Anau, lui aussi formé à la fin de la dernière période glaciaire. Il s’agit du plus grand lac de l’île du sud, et le deuxième plus grand lac de Nouvelle-Zélande. Nous nous y arrêterons pour pique-niquer.

Le lac Te Anau
Le lac Te Anau

Le Milford Sound, Ile du Sud, Nouvelle-Zélande

Il n’y a qu’une route, sans issue, qui permet de rejoindre le Milford Sound, le fjord situé le plus au nord du « Fiordland Park ». C’est le plus visité du parc. Arrivés à Te Anau en milieu de journée, nous aurons l’immense chance d’éviter le convoi des cars de touristes qui empruntent cette route unique au petit matin. Nous prendrons également le dernier bateau (nous choisirons le plus petit proposé par les différentes compagnies). En fin d’après-midi, le Milford Sound est plus sauvage et nous aurons le sentiment de profiter plus pleinement de la beauté sauvage des lieux, même si une pluie battante nous accompagnera tout au long de la croisière. Il faut dire qu’il y pleut une moyenne annuelle de presque 7 mètres (6813 mm pour les amateurs de chiffres) sur 182 jours par an. Le Milford Sound est connu pour être l’endroit habité le plus humide de Nouvelle-Zélande et l’un des plus humides au monde. Les précipitations peuvent atteindre 250 mm en 24 heures. Si la visite du Milford Sound doit être bien entendu magnifique sous le soleil, il n’en reste pas moins que le découvrir sous la pluie offre un autre avantage. Les précipitations créent en effet des dizaines de cascades temporaires qui chutent sur les falaises, certaines sur une hauteur qui peut atteindre les 1000 mètres.

Caché par son entrée étroite qui ne laissait nullement deviner l’étendue de sa grande baie intérieure, le Milford Sound a d’abord été négligé par les explorateurs européens. James Cook le contourna de peur que les conditions de vent ne l’empêchent d’en ressortir. Pour les Maoris, au contraire, le fjord était un terrain de jeux. Au fil des siècles, ils avaient acquis les connaissances marines requises pour en maîtriser tous les pièges et profiter des pêches abondantes qu’offraient les eaux du Milford Sound. Le fjord ne font finalement découvert par les européens qu’en 1812 par le capitaine John Grono qui le nomma Milford Haven en mémoire de sa région natale au Pays de Galles. Le capitaine John Lort Stokes rebaptisa plus tard le Milford Haven comme le Milford Sound.

Alors que Fiordland reste l’une des zones les plus sauvages de la Nouvelle-Zélande, la beauté naturelle du Milford Sound s’attira rapidement une renommée nationale et internationale. La découverte du col Mackinnon en 1888 fut essentielle pour la création de la Milford Track, sentier de randonnée qui permit très tôt aux marcheurs de découvrir le Fjord. 60 ans plus tard, le tunnel Homer fut percé pour permettre enfin l’accès par la route.

Selon le recensement de 2006, seulement 120 personnes vivaient dans Milford Sound, la plupart travaillant dans le tourisme ou la conservation.

Plusieurs colonies d’otaries peuplent les rives du Milford Sound. Ayant pris le plus petit des bateaux parmi ceux qu’offrent les compagnies, nous aurons de la chance de pouvoir nous en approcher au plus près, pour le plaisir de toute la famille. Il nous a semblé que les otaries, quant à elles, n’étaient nullement dérangées par notre intrusion. Mais est-ce bien certain?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.