Home » Nos voyages » Laos » Luang Prabang » Wat Aham » Temple Wat Aham, Luang Prabang, Laos

Temple Wat Aham, Luang Prabang, Laos

Posté dans : Laos, Luang Prabang, Wat Aham 0

Le monastère du coeur épanoui

Le temple Wat Aham, Luang Prabang, Laos signifie "Le monastère du coeur épanoui". Bordant le Wat Visoun, ce temple était une place pour la médiation et rencontres entre la culture spirituelle et la pratique bouddhiste. La date de construction du temple fait débat. On sait qu'il y avait un wat sur ​​le site avant que le roi Manthatourath (1817-1836) ne décide de construire le nouveau temple en 1818 (mais certains suggèrent 1822 ou 1823).

Deux tigres de stuc stylisés gardent l'entrée de la pagode, tandis que des statues de gardiens du temple Ravana et Hanuman (figures centrales de l'épopée indienne du Ramayana et de son équivalent laotien, le Phalak Phalam) se tiennent aux coins de l'avant porche. Contrairement à d'autres pagodes de Luang Prabang, il n'y a aucune décoration extérieure sur les murs de la galerie. Deux stupas font face à l'entrée du temple.

Durant la plus grande partie du XIXe siècle, le Wat Aham servit de résidence de la Sangkhalat, le patriarche suprême du bouddhisme. 

Temple Wat Aham, Luang Prabang, Laos
Temple Wat Aham, Luang Prabang, Laos

Un site d'importance culturelle

Le site sur lequel le Wat Aham se trouve a une importance historique et culturelle qui découle en partie des conflits religieux et des tensions au XVIe siècle. Le fondateur du royaume Lan Xang, Fa Ngum (1353-1373), un prince Lao élevé à la cour khmère d'Angkor, créa ici un sanctuaire tutélaire pour adorer les esprits gardiens de Luang Prabang (Luang Devata), Pu Non et Na Non (Phou Nheu et Nha Nheu). Fa Ngum fit également du bouddhisme Theravada la religion d'Etat. À partir de 1527, cependant, le souverain pieux du royaume de Lan Xang, le roi Photthisarat (1520-1548) lança une attaque contre le culte des esprits gardiens, considérant que le bouddhisme ne pouvait cohabiter avec des rites animistes. Il interdira les cérémonies religieuses en leur honneur, détruisit leurs sanctuaires et érigea un monastère bouddhiste sur le site de l'ancien temple de l'esprit. Certains cultes des esprits gardiens continuèrent malgré tout. Peu de temps après les attaques contre les esprits gardiens de la ville, cette dernière fut en proie à un certain nombre de crises, dont la maladie, la sécheresse et de mauvaises récoltes. Pour la population, il était ainsi clair que la destruction des sanctuaires avait apporté le malheur à la ville. Après que le roi Sai Setthathirat (1548-1571) déplaça la capitale royale à Vientiane en 1563, le sanctuaire de l'esprit fut donc reconstruit. Les dieux de l'esprit et le bouddhisme vécurent ensemble jusqu'au milieu du XXe siècle, moment où le sanctuaire des esprits fut détruit. La légende veut que les esprits de Pu Non et Na Non prirent alors "possession" des deux grands banians qui se trouvaient sur ​​le terrain du monastère. On peut encore admirer des deux grands arbres en bordure du temple actuel, tandis que les esprits sont toujours présents à travers les masques et les danses lors des cérémonies, en particulier à l'occasion du Nouvel An Lao.

Temple Wat Aham, Luang Prabang, Laos
Temple Wat Aham, Luang Prabang, Laos

Le site est particulièrement plaisant à visiter, notamment pour sa généreuse végétation tropicale. Même s'il est situé à un carrefour passant, un peu dehors du coeur historique de Luang Prabang, il reste malgré tout très calme. Il est facile de s'y rendre à pied depuis la rive du Mékong.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.