HSBC Building (1923), N°12 Le Bund, Shanghai
» » » HSBC Building (1923), N°12 Le Bund, Shanghai

HSBC Building (1923), N°12 Le Bund, Shanghai

Les traditions chinoises pour amener bonne fortune à la banque

Le 4 mars 1865, la banque HSBC ouvrit sa première succursale de Shanghai, au rez de chaussée de l'Hôtel Central (maintenant le Peace Hotel) à l'angle du Bund et de la Nanjing Dong Lu 南京东路. En 1874, l'activité de la HSBC avait tellement grandi que les locaux existants ne suffisaient déjà plus. La banque se porte donc acquéreur du Club des Affaires étrangères, un bâtiment de trois étages au numéro 12 sur le Bund, au sud de la Maison des douanes, pour 60 000 taëls d'argent. En 1912, la banque achète également les numéros 10 et 11 sur le Bund. Elle aura bien besoin de ces 3 lots pour entamer la construction de son bâtiment qui occupera une surface au sol de 1,3 hectares.

Selon les articles de presse de l'époque, au moment de la construction, la banque embaucha des maîtres Feng Shui 风水 pour sélectionner l'heure et la direction de la première fouille. Conformément à la tradition chinoise, des pièces de monnaie du monde entier furent enterrées dans les fondations tandis que des pièces spécialement frappées furent placées dans des cavités sombres du bâtiment pour éloigner les mauvais esprits.

Le bâtiment le plus luxueux du canal de Suez au détroit de Béring

HSBC

L'édifice est un bâtiment de six étages de style néo-classique, souvent considéré comme l'un des meilleurs exemples du néo-classicisme en Chine. En son temps, il eut la réputation d'être le plus luxueux du canal de Suez au détroit de Béring. Conçu par le cabinet d'architectes, Palmer & Turner, la construction débuta le 5 mai 1921 pour s'achever le 23 Juin 1923. Le bâtiment possède une superficie totale de 23 415 m², et était, à l'époque, le plus grand bâtiment de la banque dans l'Extrême-Orient, et le deuxième dans le monde, après celui de la Banque d'Ecosse au Royaume-Uni.

L'intérieur fut décoré luxueusement, en utilisant des matériaux tels que le marbre et le Monel (un alliage de nickel et de fer). L'ensemble du bâtiment était équipé du chauffage et de la climatisation. La salle de marché principale possède huit colonnes taillées dans des blocs entiers de marbre, ce qui était à l'époque unique en Asie. Le dôme avait été quant à lui décoré avec des fresques représentant les douze signes du zodiaque, ainsi que des personnifications du Soleil et de la Lune

Huit mosaïques murales sauvées de la révolution culturelle, mais pas totalement...

Dans le hall d'entrée octogonal, huit mosaïques murales avaient été placées en hauteur, près du plafond. Ces huit mosaïques représentaient les huit villes dans lesquelles HSBC avait une filiale : Shanghai, Hong Kong, Tokyo, Londres, New York, Bangkok, Paris, et Calcutta. Chaque représentation mettait en vedette un personnage mythologique principal, soutenu par des personnifications de la rivière locale, et un paysage de la ville en arrière-plan. Durant la révolution culturelle, les gardes rouges voulurent en faire démonter un à un les carreaux. C'est alors qu'un architecte, amoureux du bâtiment, réussit à convaincre les révolutionnaires de simplement les recouvrir de stuc et de peinture, prétextant qu'il faudrait moins de travail pour arriver aux mêmes fins. C'est ainsi que l'oeuvre d'art fut sauvé et en 1997, les travaux de rénovation les mirent à nouveau en lumière. Seule hérésie, la banque de développement de Pudong qui finançait la restauration, fit modifier les emblèmes de la HSBC par ceux de leur banque...

Des lions de Bronze sauvés à deux reprises

007-hsbc-lion

En dehors des considérations du feng shui, la banque ordonna également la réalisation deux lions de bronze en provenance du Royaume-Uni pour être placé à l'extérieur des portes avant. L'un porte le nom du directeur de la succursale de Hong Kong, Stephen AG, et l'autre celui du directeur de la succursale de Shanghai, GH Stitt. Ils ont été sculptés par W.W. Wagstaff et coulés par Chou Yin Hsing. En 1935, une copie de ces lions a été placée en face du bâtiment HSBC de Hong Kong sur Des Voeux Road.

Mais à partir de 1941, les Japonais occupèrent Shanghai et Hong Kong. En 1943, face à la pénurie de matériau, les Japonais décidèrent de transporter les lions de Shanghai et de Hong-Kong au Japon. Ceux de Hong Kong furent amenés avec les statues de la reine Victoria et du gouverneur de Hong Kong, Sir Thomas Jackson. Ils furent stockés à Yokohama, puis découverts par les forces de libération américaines en 1945.

En 1966, avec la Révolution culturelle, le Conseil d'administration Artefact proposa de stocker les lions dans les entrepôts de la troupe de comédie de Shanghai. En 1980, ils furent remis au Musée de Shanghai. En 1997, lorsque la Banque de développement de Pudong emménaga dans le bâtiment, une copie des lions originales a été faite et placée en face de l'immeuble.

Une tentative de retour qui échoue

Le bâtiment fut le siège de la succursale de HSBC de 1923 à 1955. Si pendant la seconde guerre mondiale, le bâtiment fut occupé par la banque japonaise Yokohama Specie, HSBC y revint tout de même dès la fin de la guerre. Lorsque les communistes prennent le pouvoir en 1949, HSBC continua de fonctionner dans une liberté relative les premières années. Cependant, en 1955, la situation politique conduisit la banque à réduire ses opérations à Shanghai. Le bâtiment fut alors remis au gouvernement, et HSBC loua des bureaux séparés à proximité. Plus tard cette année, le gouvernement municipal de Shanghai emménage dans le bâtiment et le nom de l'édifice est changé en «bâtiment du gouvernement populaire de la municipalité de Shanghai ".

En 1990, le gouvernement municipal commença à remplacer les institutions civiques du Bund par des institutions commerciales. HSBC prit alors contact avec le gouvernement municipal en vue de racheter l'immeuble, mais les négociations échouèrent pour des raisons de prix.

En 1997, le gouvernement municipal quitta le bâtiment, et la Shanghai Pudong Development Bank obtint le bail de l'immeuble.

HSBC_001

HSBC Building : Bâtiment du milieu

HSBC_002

 

Répondre